Revue de presse : IA : quels liens ?

Revue de presse

    le 14 novembre 2019

Pour tout savoir sur le Recruteur « cueilleur » et le Recruteur « tisseur »…

Dans son introduction scientifique sur l’intelligence artificielle et ses conséquences sur les process de recrutement, Jean PRALONG, chercheur, a mis en parallèle deux visions du métier de recruteur : les recruteurs « cueilleurs » dont le métier est de cueillir des candidats et repérer ceux qui ont les caractéristiques objectivement les plus fiables pour le poste, et les recruteurs « tisseurs » : « Bien sûr que les candidats ont des caractéristiques qu’on va pouvoir objectiver. Mais le recrutement ne s’arrête pas à cela. A mon sens, le métier de recruteur s’apparente plus à celui de tisseur, tisser des relations entre un candidat et un manager et entre un candidat et une entreprise. Pas seulement évaluer des compétences ». A partir de ce constat, le spécialiste conclut que le problème n’est pas tant la technologie en elle-même mais ce qu’en font les recruteurs : « Pour moi, la question que pose l’intelligence artificielle, c’est la question de la place du recruteur », souligne-t-il.

 

Une affirmation soutenue par François LEVERGER, DG d’HelloWork : « Pourra-t-on tout robotiser dans le domaine du recrutement ? Pas du tout ! Cela dépend de la vision que nous avons du recrutement. Il n’y a pas un bon ou un mauvais candidat, ou un bon et un mauvais recruté : il y a une personne qui a des compétences attendues par une entreprise, qui est capable de s’intégrer dans une entreprise mais aussi dans une équipe et avec un manager. Je ne pense pas que, demain, l’IA puisse être capable d’identifier ça dans tous les cas, particulièrement dans les ETI ou PME dont les effectifs sont trop restreints pour en dégager des tendances fiables ».